Les mots de Faïza Guène

Dans son roman La Discrétion, Faïza Guène dresse le portrait d’une famille algérienne immigrée en France. Du figuier familiale au jardin associatif, d’Aïn Témouchent à Aubervilliers, la famille s’agrandit en une tendresse pudique, dans les ramifications d’un héritage qui a du mal à s’assumer.

Chaque petit chapitre est le portrait d’un membre de la famille, allers-retours constants entre l’Algérie et la France, entre le passé et le présent, morceaux d’identité disséminés par les voyages et les années. La fiction est l’occasion du récit universel de la légitimité, entre ratonnades, voisinage suspicieux, terrorisme et ambitions contrariées… Les Taleb se mécomprennent et se soudent dans leur amour sans grandiloquence.

L’écriture de Faïza Guène touche et interroge. On est ému et on réfléchit. Ses personnages sont un miroir d’une réalité qu’on connaît, même si ce n’est que de loin, et au fil des pages, ils se font une place dans notre propre intimité : impossible que Yamina ne devienne pas une de vos parentes de papier au sortir de cette lecture.

Un peuple uni ne se divise pas pour pleurer ses morts.

C’est même à cela qu’on le reconnaît.

J’ai beaucoup aimé poursuivre ma découverte de l’autrice en entrant dans sa famille, et je vous invite à la rencontrer à votre tour, en toute simplicité.

L’avez-vous lu ?

Quel texte de Faïza Guène vous touche le plus ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.