Les mots de George Orwell

J’ai mis du temps à lire La ferme des animaux, un incontournable du patrimoine littéraire mondial, qui pourtant me faisait de l’oeil depuis le lycée. C’est chose faite, je l’ai enfin lu !

Quel régal ! Une parenthèse drôlatique qui ne manque pas d’acerbité.

Cette dystopie dans laquelle les animaux chassent les hommes de leur ferme et s’organisent pour vivre en toute autonomie, est un apologue croustillant et cruel, visant à dénoncer les régimes totalitaires.

Entre prise de pouvoir et de becs. Orwell décrit à merveille l’établissement progressif d’une dictature, dont le grand maître incontesté sera un cochon nommé Napoléon. Coïncidence ? A vous d’en juger. 

Je me suis régalée de cette satire de la révolution Russe et du stalinisme, qui bien des années plus tard, demeure (tristement) d’actualité.

Je suis certaine que beaucoup d’entre vous l’ont lu, et serai curieuse d’avoir votre avis sur ce petit bijou, que je n’hésiterai plus à conseiller à mes élèves.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.